FILTRER
Réinitialiser

Covid-19 et report des Jeux Olympiques de Tokyo

25 mars 2020

Le 24 mars à 14h36, le président du Comité International Olympique (CIO) Thomas Bach et le Premier Ministre japonais Abe Shinzo ont décidé de reporter les Jeux Olympiques et Paralympiques qui devaient avoir lieu à Tokyo du 24 juillet au 9 août 2020.

Pour justifier leur décision, ils ont exprimé leur préoccupation commune concernant la pandémie de Covid-19, ses répercussions sur la vie des citoyens et l’impact significatif qu’elle exerce sur la préparation des athlètes du monde entier en vue des Jeux. Sur la base notamment des informations transmises par l’Organisation Mondiale de la Santé, ils sont arrivés à la conclusion, pour protéger la santé de toutes les personnes associées de près ou de loin aux Jeux, que ceux-ci devaient être reprogrammés après 2020 et au plus tard à l’été 2021.

Depuis le début du mois de mars, la pandémie qui a pris une envergure mondiale, a amené de nombreux comités nationaux à dire qu’ils n’enverraient pas leurs athlètes à Tokyo, comme par exemple le Canada, l’Australie et les USA.


Il s’agit du premier report des Jeux en 124 ans d’histoire (hors annulation en période de guerre). C’est encore la première fois qu’ils se dérouleront en année impaire.

Cette décision de report a été saluée par tous les athlètes français, les Présidents de Fédération et le Président du Comité National Olympique et Sportif Français, Denis Massiglia. Sérénité, équité, santé et sécurité des athlètes. Ce sont évidemment les éléments déterminants qui ont motivé les acteurs du monde Olympique international. Cette décision apparaît légitime compte tenu de l’incertitude de la propagation du virus et de l’impérieuse protection de la santé des athlètes et de l’ensemble des acteurs des Jeux.

Economiquement et juridiquement, de nombreuses questions ne manqueront pas de se poser. Le report des Jeux pèsera fortement sur l’économie japonaise. Le Japon est déjà menacé de récession et celle-ci sera amplifiée par le manque à gagner du report des Jeux, notamment en matière de tourisme et de consommation. La non-tenue des Jeux aura aussi un impact sur les couts de l’organisation de l’évènement. Bref, pour l’économie japonaise, cela couterait entre 5 et 6 milliards de dollars.

La multitude des contrats mis en place par le COJOP de TOKYO devra être revue et aménagée. Pour tous les pays et notamment la France, les contrats avec les athlètes, les contrats avec les sponsors, les contrats avec les diffuseurs de droits devront la encore être révisés. En ce qui concerne le droit des marques et les droits de propriété intellectuelle, le CIO et le COJOP ont déjà anticipé les difficultés puisqu’ils ont décidé que les Jeux ne changeront pas de nom : ils s’appelleront toujours Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo 2020.

Le report des Jeux s’ajoute ainsi à la liste des plus grandes manifestations sportives internationales et nationales reportées ou annulées pour préserver la santé de tous. Le monde du sport, rassemblé, est ainsi un exemple de la lutte nécessaire et impérieuse contre cette pandémie mondiale.

Sur la même thématique

Je souhaite être recontacté
close
*Champs obligatoires
close
*Champs obligatoires