FILTRER
Réinitialiser

Le souffle de l'esprit ESG

25 février 2022

L’E.S.G, c’est avant tout un état d’esprit et celui-ci souffle de plus en plus fort sur les entreprises françaises, étant progressivement passé des sociétés cotées aux PME et ETI, qui cherchent à s’emparer du sujet et à l’appréhender. Mimétisme, phénomène de mode ou réelle évolution profonde du mode fonctionnement des entreprises, il est encore tôt pour en juger, mais une chose est sure l’E.S.G. progresse et se déploie sur le territoire, de manière virale.

L’acronyme E.S.G. (Environnement, Social, Gouvernance) tout comme celui de R.S.E. (Responsabilité sociétale et environnementale) font désormais partie du vocabulaire courant au sein d’un nombre croissant d’entreprises. Précisons, toutefois, que ces notions, souvent utilisées dans le langage commun, comme des synonymes, pour parler de la démarche vertueuse d’une entreprise, souhaitant faire évoluer ses pratiques, ne se recoupent pas totalement. L’approche E.S.G. englobe la R.S.E. mais la R.S.E. peut tout à fait être mise en œuvre, comme une entrée en matière, indépendamment d’une véritable démarche E.S.G.

Un peu d’histoire

Il est toujours intéressant de placer une notion dans une perspective historique. Cet acronyme E.S.G. est le fruit d’une histoire, qui a débuté dans les années 1990 en Grande Bretagne, au travers d’un rapport, le « Code of best pratice  », plus connu sous le nom de rapport Cadbury. Si la démarche était à l’origine davantage orientée vers la fiabilité et la transparence de l’information financière due par l’entreprise, elle a permis de poser les premières bases de ce qu’on appelle aujourd’hui la « corporate gouvernance », (E.S.G) dans son acception la plus large. 
L’apport majeur a été la prise en compte, de critères extra financiers dans l’appréciation de la performance globale d’une entreprise, en sus des critères financiers traditionnels. 

Ce rapport a eu une influence déterminante sur la démarche et de nombreux pays s’en sont largement inspirés pour lancer une réflexion approfondie sur le sujet (rapports Vienot I et II et rapport Bouton , en France) puis, en ont intégré les principes, d’abord dans leur « soft law », au travers des codes de gouvernement d’entreprise , jusqu’à ce que le législateur commence progressivement à les intégrer dans la loi, principalement pour les sociétés cotées et les grandes sociétés.

L’éclosion de la démarche

Resté assez confidentiel et simple objet de réflexion pendant plusieurs années, des bourgeons sont apparus depuis peu et un vent chaud s’est mis à souffler sur l’E.S.G. Nous voyons désormais poindre des démarches E.S.G dans de très nombreuses entreprises, de toutes tailles et dans tous les secteurs d’activité. Après quarante années de maturation, on peut aujourd’hui parler de printemps de l’ESG, tant les initiatives sont nombreuses. La floraison a commencé : plus un conseil, un comex ou un codir de grandes sociétés ou d’ETI qui ne se soit intéressé au sujet, soit de lui-même, soit sur interpellation des salariés, des parties prenantes ou de fonds activistes pour les sociétés cotées. 

Le sujet, s’il ne laisse pas insensible et interpelle, rend cependant souvent les dirigeants perplexes quant à son appréhension concrète.

[...]

⇩⇩ CONSULTEZ LA SUITE DE CE DOSSIER EN TÉLÉCHARGEMENT CI-DESSOUS ⇩⇩

Convaincus que le droit sera de plus en plus un outil stratégique pour l’entreprise, Laurent Drillet, spécialiste en droit des sociétés, vous propose un premier arrêt sur image consacré à l’E.S.G., dans son appréhension concrète. Un dossier complet qui vous permettra de définir, comprendre et entamer une première réflexion sur le sujet.

CLIQUEZ ICI POUR TÉLÉCHARGER LE DOSSIER COMPLET

Sur la même thématique

Je souhaite être recontacté
close
*Champs obligatoires

This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.

close
*Champs obligatoires

This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.