FILTRER
Réinitialiser

Le secteur médico-pharmaceutique, encore et toujours en tête des préoccupations des autorités de concurrence

08 avril 2019

Le 4 avril dernier, l’Autorité de la concurrence, a rendu un nouvel avis relatif à la distribution du médicament et laboratoires de biologie médicale. Face aux mutations profondes que connait le secteur de la santé, et à la rigidité des dispositions légales et réglementaires empêchant notamment les pharmaciens et les laboratoires de biologie médicale de profiter de l’essor du marché, l’Autorité identifie sept pistes d’amélioration, visant à répondre à trois objectifs :

  • Modernisation du modèle économique des pharmaciens pour le financement de leur activité et leur développement ;
  • Réexamen du modèle économique des intermédiaires de distribution et de leur mode de rémunération ;
  • Révision des règles relatives à la détention du capital des laboratoires de biologie médicale.

 

1. L’Autorité recommande d’assouplir les règles de la publicité portant sur des produits de parapharmacie, de cosmétique et d’hygiène, autres que les médicaments, afin de permettre aux pharmaciens de proposer des promotions et de moyens de fidélisation par le biais de ces produits. De même, elle propose d’assouplir les règles de publicité portant sur les officines, leurs groupements, ou encore leurs sites de vente en ligne.

2. Face à l’effritement de la marge des pharmaciens, du fait de la volonté des pouvoirs publics de mieux contrôler les dépenses de santé, l’Autorité suggère d’assouplir les règles relatives à la vente en ligne de médicaments en envisageant notamment référencement, comparateurs payants et offres de vente en ligne sur un site commun.

3. L’Autorité invite à élargir le rôle du pharmacien, pour lui permettre d’évoluer vers un concept de « pharmacie clinique ». Elle se base pour cela sur l’expérimentation de la vaccination antigrippale en officine, et souhaite ainsi encourager les pharmaciens à développer des initiatives liées à leurs nouvelles missions et de définir eux-mêmes les tarifs de ces services.

4. Pour encourager la modernisation des officines, l’Autorité propose un assouplissement des règles de détention du capital des pharmacies, cela permettrait de favoriser la naissance de « chaînes » de pharmacies et d’élargir la gamme de services pouvant être offerts par les pharmaciens.

5. Dans l’objectif de rétablir l’égalité de concurrence entre les pharmacies d’une part, et les grandes surfaces et parapharmacies d’autre part, l’Autorité suggère d’assouplir le monopole officinal, sans toutefois toucher au monopole pharmaceutique.

6. Sur la distribution du médicament, et notamment la situation des intermédiaires, l’Autorité prend acte du développement des ventes directes des laboratoires aux officines, au détriment des grossistes. Elle suggère une rémunération en fonction des volumes, ou encore selon un montant forfaitaire.

7. S’agissant des laboratoires de biologie médicale, l’Autorité recommande d’assouplir les règles de participation au capital, les règles de sous-traitance et de coopération entre les laboratoires.

Sur la même thématique

Je souhaite être recontacté

close
*Champs obligatoires