FILTRER
Réinitialiser

Reprendre dans une donation-partage un bien déjà donné

09 septembre 2019

Reprendre dans une donation-partage un bien pourtant déjà donné à un enfant : pour quoi faire ? La donation-partage avec incorporation de donation(s) simple(s) antérieure(s) est un outil précieux à qui veut optimiser la transmission de son patrimoine ou l’adapter à de nouvelles circonstances. Elle permet notamment :

  • de faire basculer la donation simple, antérieurement consentie, sous le régime des donations-partages ce qui permet d’assurer au donataire qu’il n’aura pas à partager avec ses frères et sœurs les plus-values advenues au bien donné entre la donation-partage et le partage de la succession du donateur ;
  • d’ajouter ou de modifier les conditions de la donation,
  • de mettre en place une réversion d’usufruit,
  • ou encore de modifier les attributaires des biens donnés.

En raison des modifications importantes qu’elle autorise, la donation-partage avec incorporation suppose l’accord de tous, donateur et donataires bénéficiaires de la précédente transmission.

Fiscalement, une récente réponse ministérielle (Delpon, AN n° 11062, 16 juillet 2019) revient sur les particularités des donations-partages avec incorporation. Contrairement aux donations simples et aux donations-partages classiques, les donations-partages avec incorporation de donation(s) antérieure(s) n’entraînent pas, en principe, la perception de nouveaux droits de mutation à titre gratuit, si les donations initiales avaient bien été enregistrées fiscalement. Seul un droit de partage de 2,5 % assis sur la valeur des biens incorporés est perçu.

Par exemple, A a deux enfants, B et C. Il y a 18 ans, A a transmis à B un appartement à Paris. Après un grave accident, B, célibataire et sans enfant, est malheureusement handicapé à vie et ne peut désormais plus se déplacer sans fauteuil roulant. L’appartement se trouvant dans un vieil immeuble haussmannien sans ascenseur n’est donc plus accessible à B.

Par le biais d’une donation-partage avec incorporation A peut :

  • demander à son fils B de rapporter l’appartement qui lui a été transmis,
  • transmettre cet appartement à son fils C,
  • allotir B d’une somme d’argent équivalente (ou pas : rappelons ici que les donations-partages ne doivent pas nécessairement comporter des lots égalitaires) à la valeur du bien immobilier estimé aujourd’hui 500 000 €.

La fiscalité sera donc la suivante :

  • s’agissant de l’incorporation du bien immobilier : 12 500 €
  • s’agissant de la donation nouvelle de somme d’argent : 71 821 €. Ces droits pourront, le cas échéant, être réglés par A, donateur, sans que cela ne soit taxé comme étant une donation supplémentaire.

A défaut d’une telle incorporation, si B avait dû donner à C l’appartement, les droits à payer se seraient élevés à 215 388 €.

Des particularités tant civiles que fiscales pouvant rendre l’opération de réincorporation plus complexe, un tel projet suppose une étude approfondie par un expert patrimonial.

 

Sur la même thématique

Je souhaite être recontacté

close
*Champs obligatoires