FILTRER
Réinitialiser

Fidal a participé à la Connected week 2 organisée par la ville d’Angers dans le prolongement du World electronic forum (WEF)

26 novembre 2018

En 2017, la ville d’Angers avait organisé le World Electronics Forum (WEF), rencontre annuelle qui rassemble des représentants de fédérations de l’industrie électronique en provenance du monde entier (USA, Singapour, Taïwan, Vietnam, Chine, Japon, Australie, etc.) ainsi que des dirigeants de grandes entreprises du secteur. Cet événement à portée internationale s’était déroulé dans le cadre d’une semaine dédiée à l’IoT (« Internet des objets »), appelée la Connected week, et regroupant des conférences, des visites d’entreprise et des expositions. En novembre 2018, la ville d’Angers a programmé la seconde semaine dédiée à l’IoT, la Connected week 2.

A cette occasion, Fidal a participé à la conférence organisée par le Club des partenaires de la Faculté de droit, économie et gestion de l’université d’Angers le 22 novembre 2018. Cette table ronde relative à « La transparence des algorithmes » a réuni des enseignants-chercheurs en informatique, en droit et en économie, un dirigeant d’entreprise spécialisée dans la conception et la commercialisation de solutions e-commerce et de gestion commerciale pour les PME en BtoB et BtoC, et Annaïck Penven, avocate au sein du département droit économique de Fidal Paris. Elle était animée par Sabine Desvaux, maître de conférences HDR en droit privé, spécialisée en droit des contrats et de la consommation, of counsel au sein du département droit économique de Fidal Paris.

Plusieurs questions furent débattues. En effet, poser la question de la transparence des algorithmes, c’est s’interroger sur la place que l’on souhaite donner aux algorithmes. D’un point de vue technique, l’algorithme est un calcul informatique qui s’appuie sur des données, souvent personnelles, en vue de faire des prévisions ou prendre des décisions. Si leur usage économique n’est pas nouveau, leur association avec l’intelligence artificielle et la massification des données soulèvent des questionnements juridiques et éthiques. Leur pouvoir réel ou fantasmé conduit à réfléchir à l’élaboration d’un cadre susceptible de démystifier les algorithmes en s’assurant de leur loyauté et de leur transparence à l’égard des entreprises et des citoyens. Le RGPD et la loi pour une République numérique apportent-ils des réponses suffisantes ? Comment concilier transparence et secret des affaires ? Comment faire du traitement des données un potentiel de croissance pour les professionnels, tout en garantissant aux consommateurs la protection de leurs données ?

Les différents intervenants ont apporté leur réponse et leur vision devant un large public de 230 personnes, étudiants, chercheurs, praticiens du droit et dirigeants d’entreprises.

Je souhaite être recontacté

close
*Champs obligatoires