FILTRER
Réinitialiser

La fiducie, levier de financement au service des entreprises post Covid

15 juin 2020
par Bruno Berger-Perrin

Les entreprises françaises, plus ou moins ébranlées par la crise sanitaire et par une diminution sensible voire un arrêt total de leur activité pendant plusieurs semaines, ont plus que jamais besoin de crédit.

On sait qu’un certain nombre d’entre elles ne réussissent pas à obtenir de leur banquier un prêt garanti par l’Etat, notamment par crainte d’un défaut de remboursement de la part de l’emprunt non couverte par cette garantie.

D’autres peinent à obtenir une restructuration de leur dette, et a fortiori de l’argent frais pour relancer leur exploitation, dans le cadre d’une procédure amiable de mandat ad hoc ou de conciliation.

Enfin, les entreprises en période d’observation dans le cadre d’une procédure de sauvegarde ou de redressement judiciaire ont souvent également besoin en urgence d’un financement leur permettant de poursuivre leur activité et de préparer un plan de continuation.

A condition qu’elles aient quelque chose à offrir en garantie à leurs créanciers présents ou futurs (biens immobiliers, matériel, stocks, brevets ou marques, titres de participation …) toutes ces entreprises ont des chances sérieuses d’obtenir de ces derniers les crédits qu’elles souhaitent grâce à l’utilisation de la fiducie- sûreté.

Cet instrument juridique exceptionnel permet en effet, en cas de défaut, de réserver en exclusivité à ses bénéficiaires la libre disposition des biens ainsi donnés en garantie et sanctuarisés à leur seul profit dans un patrimoine d’affectation confié à un professionnel fiduciaire comme Fidal Fiducie.

L’établissement de crédit, rassuré par la primauté qui lui est ainsi conférée sur un actif dont la valeur commerciale est avérée acceptera, en toute confiance, d’accorder le financement souhaité.

Mais encore faut-il y penser.

Sur la même thématique

Je souhaite être recontacté
close
*Champs obligatoires
close
*Champs obligatoires