Pour ses 90 ans, FIDAL vous fait découvrir son histoire depuis sa création en 1923 jusqu'à aujourd'hui.

Découvrir notre histoire

1923

Albert Liothaud, expert comptable, crée à Grenoble une petite société dont l’objet est de fournir des services fiscaux et comptables : la Fiduciaire de France. Un an plus tard, le cabinet s’installe rue de Penthièvre à Paris. A la tête d’une société spécialisée dans l’évaluation et l’expertise d’assurances, Léon et Fernan Galtier, intéressés dès le départ par le projet d’Albert Liothaud, entrent au conseil d’administration.

"C'est par la fiscalité
qu'il faut commencer, car
c'est elle qui forcera à
la rigueur comptable."

1924

Albert Méary, fiscaliste, jeune inspecteur des impôts, entre au conseil de direction : l’équipe des pionniers est au complet. Il développe les activités de conseil juridique, fiscal et comptable. Il impulse la décentralisation qui permet d’être plus proche et plus disponible pour le client.

LA FIDUCIAIRE DE FRANCE COMPTE DÉJÀ 10 DIRECTIONS RÉGIONALES ET 24 BUREAUX

DE FISCALE, LA FIDUCIAIRE DE FRANCE EST AUSSI DEVENUE JURIDIQUE GRÂCE À LA LOI DE 1925

elle poursuit son essor et dispose de 43 directions et bureaux, 235 collaborateurs, 5000 clients abonnés

1945

Une ordonnance de l’Ordre des experts comptables impose la scission entre les activités comptables d’une part, et les activités juridiques et fiscales d’autre part. La Fiduciaire de France (futur KPMG SA) est conservée comme société d’expertise comptable et la Société Juridique et Fiscale de France (futur FIDAL) est créée de manière indépendante pour regrouper les activités de conseil juridique et fiscal.

1955

Plus de 25000 clients sont abonnés aux services juridiques et fiscaux du cabinet en France métropolitaine et en Afrique du Nord. Une nouvelle page s’ouvre avec la disparition d'Albert Méary, après plus de 30 années consacrées à la construction et au développement du cabinet.

1971

Une Loi réglemente la profession juridique et crée le titre de "Conseil juridique", en vue de rapprocher les avocats et les conseils juridiques.

1973

Alors que la Fiduciaire de France fête ses 50 ans, la Société Juridique et Fiscale de France est déjà forte de 650 conseils juridiques.

1986

Dans un contexte de mondialisation des affaires, FIDAL absorbe le bureau fiscal français Peat Marwick, groupe international fortement implanté aux Etats-Unis.

1991

A l’occasion de la fusion des professions d’avocat et de conseil juridique, la Société Juridique et Fiscale de France adopte sa raison sociale actuelle : FIDAL, Société d’Avocats.

2003

Après le scandale ENRON, la Loi de Sécurité Financière en France et la Loi Sarbanes Oxley aux Etats-Unis sont promulguées afin de renforcer les incompatibilités entres les activités d’audit et de conseil. FIDAL, en concertation avec KPMG SA, réaffirme l’indépendance de ses avocats, initiée dès 1945 avec la séparation des activités de conseil juridique et fiscal et d’expertise comptable. FIDAL reste néanmoins un partenaire privilégié du réseau mondial KPMG pour les activités fiscales.

2012

Après la création trois ans plus tôt de FIDAL Tunisie, le cabinet confirme ses ambitions à l’international en signant un accord de partenariat avec le cabinet Siqueira Castro Advogados, premier cabinet d’avocats d’affaires au Brésil. FIDAL s’implante par ailleurs en Asie du Sud-Est avec la création de FIDAL Asiattorneys, basé à Ho Chi Minh Ville. Cette même année, FIDAL crée sa branche de conseil en propriété industrielle et ingénieurs brevets, FIDAL Innovation.

Une seconde filiale, FIDAL Algérie, est créée en Afrique du Nord. FIDAL signe par ailleurs un accord de partenariat avec Miller Thomson, cabinet d’avocats d’affaires canadien, qui bénéficie, avec 11 bureaux au Canada, de la plus importante implantation nationale.

  • Partenariats
  • Desks
  • Filiales

Fidal 90 ans - L'excellence à de l'avenir

confiance

proximité

expertise

pluridisciplinarité

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux